Le peuple Wixáritari (Huicholes) et l'art. | Art Huichol - Marakame

Le peuple Wixáritari (Huicholes) et l'art.

Boîte à étamines Huichol avec quatre peyotes, quatre types de maïs et de wixárika, des cerfs et du soleil.

Par Javier Ignacio Martínez Sánchez Diplômé du Colegio de San Luis en Master en Anthropologie social

C’est possible que l’art est une fenêtre qui permets au monde de savoir et connaître de l’existence des peuples, dont certains possédaient un lien intime avec les éléments de la nature ainsi que leur relations harmonieuses pour créer la vie. Dans cette idée nous rencontrons une peuple d'artistes: Les Wixáritari (Huichols) qui habitent les ravins escarpés de la Sierra Madre Occidental au Mexique (dans une région appelée le Gran Nayar[I]).

Ces premiers regards à «l'art» du monde Wixárika (Huichol) ont été enregistrées au XIXe siècle par des anthropologues tels que Carl S.Lumholtz, León Diguet, Robert M. Zingg et Konrad Theodor Preuss. Ils ont été les premiers qui ont rassemblé les premières collections d'œuvres, et qu'ils ont été ensuite exposées par des musées tels comme celui de Chicago, New York, Berlin et Paris (broderies, textiles, sculptures en bois et en pierre, flèches et des pots ornés de perles) (Neurath, J., 2013[Ii]).

Aujourd'hui, l'art de Wixáritari est connu dans le monde entier, grâce à la mondialisation, entre autres facteurs. Par ailleurs, il y a des chercheurs reconnus qu’ont décrit de manière assez détaillé la relation qu’existe entre la vie des huicholes et leur l’ouvre artistique. Son art, c’est une monde unique, une création fondé sur leur vision de la vie: cette fascinante ensemble des symboles qui représentent sa famille et ses rites, les ancêtres qui sont de déités et qui prennent la forme de sources d’eau, des sommets, des collines, des plantes et des animaux. Cette art nous raconte leur organisation social à l’intérieur de leurs communautés ainsi que l’architecture de ses centres cérémonials, en autres mots, son art c’est leur vision du monde.

La tradition Wixáritari , c'est une activité annuelle ardue au sein de leur communauté qui implique aux membres de la famille (tant des hommes comme des femmes) à remplir une position traditionnelle. Pour toute personne qui voit la tradition de l’extérieur, elle sera mis en place devant un monde inconnue. Cependant, certains concepts et descriptions de leur traditions nous permettent d’aborder ce monde en tant que porteurs d’une culture ailleurs. Alors, ces charges varient dans le temps, la forme et la fonction. Pour l'instant ce n'est pas notre objectif de les décrire, mais au moins faire la mention de qu'elles sont très exigeantes car elles demandent beaucoup de temps et des efforts. Toute personne qu'occupe un poste traditionnel, doit quitter toute "activité économique extra-domestique" pendant le temps que remplit le charge. Celui-ci peut durer de longues périodes au cours de l'année ou même des années. Dans ce sens, donc ils ne peuvent pas travailler en tant que traivailleur journalier dans la récolte de tabac, ou comme saisonnière aux États-Unis. De même, ils ont empêchés de travailler dans l'élaboration d'œuvres d'art modernes Wixáritaritels que les bracelets, les sacs à dos, les boucles d'oreilles, les boîtes en laine peignée, les colliers et les morceaux ornementaux de chaquira.

Presque la plupart des familles Wixáritari sont organisés de telle manière afin de permettre et aider à qu’un de leurs membres à soutenir la réalisation de la tradition. Si un membre de la famille se voit attribuer un poste, les autres membres contribueront solidairement pour couvrir les coûts et dépenses qu'impliquent cette activité traditionnelle. La famille pourra donc soutenir dans l'achat de bougies, rubans, dépenses par jour, achat des animaux pour réaliser des offrandes, ou les dépenses pour mener la chasse traditionnelle du cerf. D'ailleurs, le poste implique aussi la livraison d'offrandes dans les principaux endroits qui sont sacrés dans la tradition. Certains sont situés dans différents états de la république mexicaine. Néanmoins, il faut remarquer que l'ensemble des ces points sacrées costituent une axe direction ouest-est et nord-sud, et aussi avec un centre.

Alors, de ce fait, serait possible de comprendre la migration des hommes et des femmes Wixaritari vers les principales villes du pays avec l’intention de vendre leur art. Dans cette démarche, beaucoup sont devenues des artistes consolidés car presque leur seul activité est l'élaboration de ses œuvres. Est-ce que ça peut être une stratégie pour conserver leur tradition?

[I]Région qui comprend des parties des États de Nayarit, Jalisco, Durango et Zacatecas. (Neurath, J., 2013)

[Ii] La vie des images. Art Huichol. Johannes Neurath. Première édition. CONACULTA. 2013





Acheter Plus d'options de paiement maintenant, avec